mercredi 3 octobre 2007

Comment faire une sortie remarquée

Hier était la dernière journée de travail de MamanRousse. Et croyez-moi, je n'ai pas manqué ma sortie. Dans la catégorie: "Vous vous souviendrez de moi", difficile de faire mieux... ou pire.

Donc, mon congé devait commencer le 28 septembre (vendredi) mais comme je suis gentille et conciliante (première erreur), je suis revenue au boulot hier pour former la nouvelle ressource. (En passant, la nouvelle ressource a ADORÉ ma documentation.)

Résumé des évènements:
8h30, début de la dernière journée et du training de ressource.
8h45, je réponds au téléphone. Urgence, des modifications d'espace doivent être apportées sur un serveur (moins d'espace - wow - ça n'arrive JAMAIS). Application critique qui, soit dit en passant doit être migrée sur un nouveau serveur cette semaine. Le nouveau serveur porte presque le même nom que l'ancien. (Désolée pour le technique mais il faut que ça sorte. Désolée pour les non-initiés aussi.)
9h00, pour rendre service (il faut que j'arrête d'être gentille), j'applique les changements sans formulaire officiel. ERREUR MAGISTRALE: je retire l'espace sur le MAUVAIS serveur... Eh oui, le serveur de production sur lequel près de 1000 usagers s'activaient, est down...

Naturellement, le téléphone se met à sonner. La seconde que je réalise la bourde monumentale que je viens de faire (en face de la nouvelle ressource en plus), l'alarme d'incendie se met à sonner - exercice de feu - pourquoi pas...

Comme je suis enceinte, on me demande si j'ai besoin d'assistance pour descendre les 15 étages qui me séparent de la rue. Comme j'ai besoin de réfléchir, je réponds que non, 15 étages ne seront pas de trop pour accuser le coup de mon erreur (dommage que les fenêtres soient scellées, je pourrais descendre VRAIMENT vite ;o).

15 étages plus bas, je suis attendue par mon patron qui vient de recevoir un appel comme de quoi un GROS serveur était en problème. Eh oui! C'est moi la responsable. Il me dit de le suivre et c'est ainsi que je me retrouve en réunion au sommet avec TOUS les big boss d'une des plus grosses compagnies québecoise sur le bord du trottoir.

Je leur explique ce qui s'est passé, ce qu'il faut faire et un estimé du temps que ça prendra pour récupérer ma bourde. Fait surprenant, ils sont vraiment désolés que ça m'arrive à ma fausse dernière journée (je vous rappelle que je devrais être à la maison, en congé).

Alors toute la journée, réunions, rapports, gestion de crise... Sans compter le regard de plein de gens qui attendent que je craque sous la pression. Tout le monde me dit que je semble bien prendre la chose.

Au fait, comment on doit prendre ça quand on fait involontairement une tentative de suicide professionnel? On fait quoi quand on est impuissant devant une erreur une fois qu'elle a été commise?

Eh bien, je ne connais qu'une seule façon: on garde la tête haute, on se retrousse les manches, on garde les épaules droites et on fonce. On fonce pour reprendre le contrôle de la situation, on fait ce qu'il y a à faire et on répare. S'effondrer ne mènerait à rien, même pas question d'y penser. On se secoue et on attaque le problème.

Parce que des erreurs, tout le monde en fait. Quand c'est mon tour, j'assume et j'apprends. Ce que j'ai fait hier a permis d'identifier et de mettre le doigt sur des lacunes. De trouver des solutions pour que ça ne se reproduise pas. Je crois sincèrement que ce sont les gaffes qui nous font avancer si on arrive à apprendre de ces dernières. (Pas obligé d'en commettre une par semaine par exemple.)

Moi qui voulait trouver du travail dans cette boîte après mon congé de maternité... Je ne sais pas où ça me mènera. PapaAquatique, dans toute sa sagesse, m'a fait remarquer que la situation d'hier avait permis aussi à plusieurs personnes de me voir aller en situation de crise. Et que ça aussi, ça comptait.

Il a raison je pense. Je me suis surprise moi-même. Je ne dis pas qu'une fois la journée terminée, je n'ai pas laissé sortir la pression dans la voiture. Mais je suis fière parce que je suis convaincue que j'ai fait ce qu'il y avait à faire dans les circonstances.

Moments forts de la journée:
Mon dîner de départ qui a eu lieu malgré ma bourde et pendant lequel on a réussi à rire un bon coup de ma performance de départ. (Il faut savoir rire de soi dans la vie.)
L'appel du comité de direction (ils n'étaient plus sur le trottoir) en fin de journée lors de mon retour à la maison pour me remercier (pas me foutre à la porte) de mon travail et pour me souhaiter le plus beau des bébés. (Je dois avouer que ça m'a arraché quelques larmes.)
Les caresses de BébéRoux tout au long de cet épisode qui me rappelaient que je n'étais pas seule.
PapaAquatique qui sait toujours trouver les mots ou les gestes pour mettre du soleil dans les journées les plus sombres.

Voilà, fin d'un chapître, début d'une nouvelle aventure... Je vais commencer par me reposer un peu.

1 commentaire:

Marco S. a dit…

MamanRousse,

Pour t'avoir déjà vu aller dans les situations de crise, je n'ai pas grand chose à ajouter sur ce que PapaAquatique t'a dit. Je ne m'en ferais pas trop pour toi. Tu as toujours eu les aptitudes pour faire ce travail (contrairement à moi ca a d'l'air) et moi aussi je te souhaite tout plein de bonheur dans cette nouvelle phase de ta vie, et n'hésite pas à me rejoindre maintenant que tu es beaucoup plus près de chez moi.