mercredi 25 juillet 2007

Banlieusards en devenir

Papa Aquatique et votre fidèle blogueuse sont en mission cette semaine: nous emballons le condo! Eh oui... Notre vie urbaine tire à sa fin. Malgré une certaine nostalgie, nous sommes très enthousiastes à l'aube de cette nouvelle aventure qui commence.

Pour des raisons d'équilibre psychologique (et surtout parce que la maison n'est pas encore prête), le déménagement se fait en 2 étapes. Vendredi, nous ferons le grand saut sur la rive-sud. Mais juste de l'autre côté du pont, sur le bord de l'eau, avec vue sur la ville, question de ne pas avoir un trop gros choc émotif. Avec une thérapie bien orchestrée, nous reculerons peu à peu à l'intérieur des terres pour occuper notre nouvelle demeure en septembre. Avec un suivi approprié, nous devrions nous en sortir sans trop de séquelles...

Deux déménagements en moins de deux mois... Le pire c'est que je vais probablement me demander pourquoi je suis si fatiguée... Je pense que je ne me dompterai jamais. Je serai une éternelle hyperactive. Et à "sentir" party-boy dans mon ventre se prendre pour Tarzan avec son cordon ombilical, je n'ai aucun doute sur sa génétique... Nous serons condamnés à giguer jusqu'à ce que mort s'ensuive ;o)

Comme bébé roux risque aussi de ressembler à son papa, j'ai déjà tout prévu... La future salle de lavage est au sous-sol (hyperactivité oblige). Depuis que je sais que bébé roux est un garçon et qu'il risque de me rendre folle avec son père, j'ai élaboré un plan de santé mentale: une barrure sur la porte de la salle de lavage (il va quand même falloir fermer les murs d'abord). La salle de lavage sera mon oasis de paix. Je compte même y installer un écran au plasma, un lazy-boy ainsi qu'un mini-bar pour les journées difficiles ;o) (Une fille a bien le droit de délirer!)

Sans blague, je pense que la grossesse me rend "stone". J'emballe comme qui j'étais dans un autre monde: c'est à peine si je ne lis pas les articles des journaux que j'utilise pour la vaisselle avant de mettre le tout dans une boîte... Le seul problème, c'est que je n'avais pas pris en compte le facteur "hormones" dans l'évaluation du temps qui me serait nécessaire pour tout préparer. Le plus drôle, c'est que je ne panique même pas. (Probablement à cause des fameuses hormones.) Alors, c'est Papa Aquatique qui prend tout le stress dans la gueule. Mais j'ai une astuce: 2 espressos bien tassés pour mon homme. Vous devriez le voir aller! Même poilue adorable en est toute étourdie.

Pauvre poilue, elle a chaud cette semaine avec sa fourrure. Elle voudrait bien nous aider (comme seul un chien peut le faire) mais elle ne semble pas saisir que de se coucher entre moi et le carton d'emballage n'est pas très productif. Je la comprends un peu par exemple... Moi aussi j'ai envie de me refroidir la bedaine sur la céramique ces temps-ci.

Avis à météomédia: CECI N'EST PAS UNE PLAINTE CONTRE LE BEAU TEMPS QUI EST FINALEMENT PARMI NOUS. Vous pouvez nous balancer du soleil à l'infini. Prenez juste une pause pour Noël... (C'est plus beau avec la neige.)

Allez, je retourne à mes boîtes... (Je garde les pages de journaux qui contiennent les mots croisés pour mes temps libres - n'allez pas vendre la mèche à Papa Aquatique!)

3 commentaires:

Luc a dit…

Commentaire de Papa Aquatique :
Ahhhhhhh là je comprends pourquoi tu fais une boite à l'heure ....

Étant donné que bébé roux te prends beaucoup d'énergie, tu peux bien faire une boite aux deux heures et je vais t'aimer pareil ;)

Marco S. a dit…

Ahhh.. la Rive-Sud.. je ne savais pas.. bienvenue dans le monde des banlieusards.. et comme mon chum m'a dit quand je me suis marié (très sarcastiquement) : "Come on in, the water's juuuuuust fine!"

Les DH: a dit…

Avec vue sur la ville... Me semblait aussi! ;)