lundi 9 juillet 2007

La mafia de l'allaitement

Gentille infirmière: "Est-ce que vous prévoyer allaiter votre petit bébé MamanRousse???"

(Déjà on joue sur mes sentiments...)

MamanRousse: "J'ai l'intention de tenter l'expérience. Cependant, je n'ai pas l'intention de m'acharner si futur bébé roux refuse obstinément le sein."

Moins gentille infirmière: "Puisque vous êtes ouverte à l'idée d'allaiter, laissez-moi vous faire parvenir nos feuillets d'informations qui font part des bienfaits de l'allaitement qui finiront par vous convaincre."

MamanRousse: "Je vous remercie mais je tiens à sauver des arbres et je suis l'heureuse propriétaire d'une connexion internet."

Infirmière insistante: "Vous savez que sans allaitement, futur bébé roux risque un retard de croissance de 1cm, marchera 3 jours plus tard que la moyenne sans compter que sa moyenne scolaire sera fort probablement inférieure à 95%."

MamanRousse: "C'est un risque que je suis prête à prendre. Je préfère concentrer le peu d'énergie que je risque d'avoir une fois que futur bébé roux sera maître du foyer pour remplir mon rôle de mère plutôt que de servir de vache laitière syphonée aux 2 heures. (J'en rajoute un peu mais je déteste partager mon intimité avec des étrangers. Je perdrai assez de dignité le jour de l'accouchement.)

Infirmière enragée: "C'est à cause de femmes comme vous que la planète va mal, que les compagnies pharmaceutiques s'enrichissent et que les flatulences des vaches laitières pourrissent la qualité de l'air."

MamanRousse: "D'accord, d'accord, envoyez-moi la documentation ainsi que la trayeuse de luxe qui pourra me syphoner jusque dans les talons ainsi que ma carte de membre de votre club élite de mafia laitière."

Gentille infirmière: "Avec plaisir, c'est toujours agréable de faire connaissance avec une future maman qui fait de l'allaitement une priorité."

NOTE PERSONNELLE: Obéir à toutes les consignes lorsque je serai hospitalisée après avoir accouchée de bébé roux. Faire à ma tête une fois rendue à la maison...

2 commentaires:

Les DH: a dit…

J'adore la dernière phrase... En fait, tu as oublié un détail temporel: obéir quand les infirmières seront dans la chambre à mes côtés... Faire à ma tête lorsqu'elles auront quitté... ;)

Marco S. a dit…

Ma femme a bien rit quand je lui ai montré cet article de ton blogue. Elle n'en revenait pas comment c'était exact. Elle me disait avoir vécu sensiblement le même genre de conversation. Sans compter, ma belle-soeur qui s'est converti au culte de l'allaitement, et qui continue d'allaiter (seulement 1 fois par jour!!!!!!) son enfant de 5 ans.