mardi 28 août 2007

Analyse technique

Lundi soir avait lieu le tant attendu cours sur l'allaitement. Ne vous attendez pas à de grands éclats de ma part, je suis demeurée plutôt froide. Je devrais peut-être dire que ça m'a refroidie. Peut-être que j'y allais de reculons (non pas peut-être, j'y allais en marche arrière, j'aurais de loin préféré un yogourt glacé et une promenade sur le bord de l'eau) mais j'avais quand même un minimum d'attentes et une conscience maternelle (je ne veux pas rater mon éducation de future mère).

Je m'explique.

Même si je suis une MamanRousse émotive et soupe au lait (descendance irlandaise oblige), je suis quand même une personne rationnelle et technique (ça, c'est le côté informaticienne qui ressort). Donc, quand je vais à un cours, je m'attends à du concret.

Donc, MamanRousse veut savoir...

À quoi je reconnais une mastite ou tout autre problème relié à l'allaitement. Comment je sais que bébé prend bien le sein? C'est quoi une douleur "normale" (ou inconfort normal) lors de l'allaitement. À quel moment j'arrête de me "battre" si jamais ça ne fonctionne pas bien. Fréquence des boires? Trucs pour que tout se passe bien. Types de tire-lait. Prix des tire-lait. Qu'est-ce qui a décidé la maman bénévole à allaiter. (À part l'environnement et la sacro-sainte réponse du système immunitaire.) C'est quoi les signes que ça ne fonctionne vraiment pas? La part du conjoint? Comment on tire son lait? La liste est longue.

Les mamans bénévoles ont répondu en grande partie à ces questions. Mais il manquait d'options je pense. La maman bénévole qui parlait sans arrêt que je nommerai Pie Granole nous a donné toutes les tranches de vie de son allaitement pour ses deux enfants. Mais je ne me reconnaissais pas du tout dans cette femme. L'autre maman semblait plus posée et c'est elle que j'aurais aimé entendre davantage. Mais Pie Granole ne la laissait jamais placer un mot.

Ma conclusion de la soirée... Les infirmières vont vous donner un "crash course" à l'hôpital (chacune aura probablement sa recette magique alors après 2-3 jours d'hospitalisation, l'information vous sortira pas les oreilles). Si vous avez quelqu'un dans votre entourage pour qui l'allaitement a été un succès, engagez-là comme marraîne d'allaitement. Le rapport de confiance que vous avez déjà avec cette personne vous aidera probablement à passer au travers les périodes difficiles et vous rassurera dans vos compétences. De plus, un papa qui vous supporte dans vos décisions face à l'allaitement et qui vous encourage dans les moments de grande noirceur sera le plus grand des réconforts.

Si vous avez des doutes sur la pertinence de votre présence au cours, ne perdez pas plus de temps et faites comme un couple plein de sagesse a fait dans mon cours, éclipsez-vous en douce à la pause, allez chercher votre yogourt glacé et promenez vous en amoureux sur le bord de l'eau... Vos moments à deux se feront plus rares dans les années à venir, vous penserez allaitement quand le moment se présentera. En attendant, votre poitrine peut avoir d'autres utilités ;o)

À suivre plus tard, la version sarcastique du cours... L'inspiration me viendra sûrement sous peu.

1 commentaire:

Les DH: a dit…

Je crois que tu as tiré la meilleure conclusion qui soit. Pour avoir essayé non-stop pendant 2 mois et tiré mon lait tout ce temps, je peux te dire que j'aurais sûrement abandonné si Papou ne m'avait pas encouragée mais en même temps respectée dans mon choix. Ils y sont pour beaucoup.